Des sourires d’hier et d’aujourd’hui au Relais du Perthois

Heiltz-le-Maurupt Depuis 11 ans, Pierre Petit fait vivre le café-restaurant de la commune   et se démène pour en faire un lieu de vie aux multiples activités. 
 
C’est le centre névralgique du village. Là où tout un chacun se connaît, veille les uns sur les autres et prend le temps de se retrouver. « C’est le lieu de vie de la commune » , confie Pierre Petit, le propriétaire et gérant du « Relais du Perthois ». De la porte entre-ouverte du petit bistrot s’échappent en effet, outre des effluves alléchants du restaurant attenant, des discussions entre habitués. Une quarantaine se rend quotidiennement dans le bistrot pour prendre son petit noir et faire la causette. « Je connais leurs habitudes, je sais ce qu’ils aiment prendre… il n’y a bien souvent même plus besoin de demander » , lâche le maître des lieux dans un sourire.
Ça tombe bien, des sourires il y a un bon paquet sur le mur du fond, prêt à accueillir tout nouvel arrivant, une fois franchi le seuil de l’établissement. Les visages des clients d’hier et d’aujourd’hui, fidèles parmi les fidèles, habitent le café. Ce n’est autre que le photographe Stéphane Hette, habitant du village, et qui en a fait don il y a une poignée d’années. « Des gens connus du territoire viennent chez moi et contribuent à faire parler du café » , dévoile Pierre Petit. Sans parler des vendredis soirs où commerçants et artisans des environs se retrouvent dans le bar d’Heiltz-le-Maurupt pour « passer un bon moment, tout simplement » .
Lieu chaleureux et sans prétention, le « Relais du Perthois » a traversé les décennies sans rien demander à qui que ce soit. « C’est un café centenaire, qui est toujours dans son jus. » De quoi lui conférer un charme certain. À l’image de son baby-foot, vieux d’une quarantaine d’années mais répondant toujours à l’appel. « C’est un Bonzini, il a bien vécu mais rend toujours service. »
Un événement tous les mois
Juste à côté de ce dernier, le coin bibliothèque attire le regard. Réalisé il y a 4 ans, il s’appuie sur le principe de la boîte à livres. « Cela marche très bien l’hiver, un peu moins bien l’été. » Une idée supplémentaire pour animer son café. Mais, Pierre Petit ne s’arrête pas là et se démène pour proposer une fois par mois un événement au sein de son établissement. Fête de la musique, 14 juillet, brocante, vernissage d’expositions, concours de belote, soirée choucroute… « Si on ne propose rien, c’est mort. Je suis le commerce de la commune, j’ai envie de l’animer » , explique le quinquagénaire, par ailleurs membre de l’association T.T.C. (Toto tour club).
Entre le restaurant et le café, le gérant n’arrête jamais. « C’est un métier fatigant. Je ne sais pas si je ferais ça jusqu’au bout. Mais en tout cas, je l’aime. » Déjà 11 ans qu’il a pris la succession de ses beaux-parents derrière le comptoir et les fourneaux. « Pour moi, les deux activités vont de pair. Si on n’a pas les deux, ça ne peut pas marcher », affirme le propriétaire des lieux, qui peut compter sur le soutien de sa femme Odile, ses deux filles et sa belle-mère Josette, aventure familiale oblige.
Ouverte tous les jours, de 8 h 30 à 14 heures et de nouveau à partir de 17 heures, la porte du « Relais du Perthois » ne reste jamais fermée bien longtemps.

Source: Journal L'Union Vitry le François (Marie Charrier)

Publié le